Illustration: Daniela Huber
Paid post

«Nous avons bien résisté à la crise du coronavirus»

La stratégie, la tactique et la sélection des titres ne sont pas les seuls facteurs déterminants pour une gestion de patrimoine fructueuse. Une mise en œuvre avantageuse est également importante, explique Beat Schättin, responsable Gestion de patrimoine Clients privés au sein de l’Investment Office de la Banque Migros.


À qui convient un mandat de gestion de patrimoine?

Beat Schättin: il est possible de se constituer un patrimoine sur les marchés financiers avec succès, à condition de diversifier largement les risques de placement et de ne pas se laisser troubler par les fluctuations de la Bourse. De nombreux investisseurs privés manquent toutefois de temps ou d’expertise pour s’occuper eux-mêmes de manière professionnelle de leurs placements. Pour ces personnes, un mandat de gestion de patrimoine tel que le propose la Banque Migros, axé sur le profil de risque personnel, est recommandé. À la Banque Migros, un mandat de gestion de patrimoine est déjà disponible à partir d’un capital de 5000 francs.

Les clients se voient également proposer des fonds stratégiques. Quelle est la différence par rapport au mandat de gestion de patrimoine?

Les deux produits permettent un placement parfaitement diversifié et adapté au profil de risque personnel. Par ailleurs, tous deux sont gérés par l’Investment Office de la Banque Migros et présentent donc à long terme des profils de risque et de rendement très similaires. Dans le cadre d’un mandat de gestion de patrimoine, les clients voient chaque transaction et peuvent donc suivre exactement les réaffectations du portefeuille. Cela rend le mandat de gestion de patrimoine plus transparent. Si le client n’attache aucune importance à cela et qu’il souhaite simplement une seule position dans le relevé de dépôt et des résultats similaires, le fonds stratégique est alors la solution appropriée.

Beat Schättin, responsable Gestion de patrimoine Clients privés au sein de l’Investment Office de la Banque Migros.
Beat Schättin, responsable Gestion de patrimoine Clients privés au sein de l’Investment Office de la Banque Migros. Source: Marco Blessano

Jusqu’à présent, comment les mandats de gestion de patrimoine de la Banque Migros ont-ils réagi à la crise du coronavirus?

Durant la phase de crise, nous avons eu une sous-pondération des actions et avons augmenté ponctuellement la pondération à la reprise du marché. Nous sommes très satisfaits de la performance réalisée dans ce contexte de marché difficile: en tenant compte des coûts, nous avons battu les indices de référence cette année. Nous avons donc bien résisté à la crise du coronavirus.

«La répartition à long terme du patrimoine est déterminante pour l’évolution des rendements au long cours.»

Quelle est l’importance des sur-pondérations et sous-pondérations tactiques temporaires de la ventilation du patrimoine que vous avez évoquées?

Nous parlons ici de l’allocation tactique des actifs. Par ce biais et par la sélection des titres, nous essayons d’obtenir une valeur ajoutée à moyen terme. Selon les phases du marché, il en résulte une contribution importante au rendement. Mais pour l’évolution du rendement à long terme, c’est l’allocation stratégique des actifs, c’est-à-dire la ventilation du patrimoine à long terme, ajustée au besoin toutes les quelques années, qui est déterminante.

À propos d’adaptation: depuis des années, la Banque Migros sous-pondère les obligations en raison des faibles rendements. Dans quelle mesure une adaptation de l’allocation stratégique des actifs est-elle à l’ordre du jour?

Si, lors de la prochaine modification de l’allocation stratégique des actifs, nous considérons toujours les obligations comme peu attrayantes, nous adapterons la pondération en conséquence.

Où les mandats de gestion de patrimoine de la Banque Migros présentent-ils la plus forte sur-pondération actuellement?

La majeure partie de nos clients sont domiciliés en Suisse. C’est pourquoi nous avons une forte pondération dans les placements nationaux en francs suisses. Dans le jargon, on appelle cela le biais domestique.

Quel est le rôle de l’or?

L’or fait partie intégrante de notre allocation tactique des actifs depuis fin 2017. Nous détenons de l’or comme couverture du risque et pour des raisons de diversification.

En parlant de couverture du risque: dans quelle mesure effectuez-vous également des opérations de couverture à court terme pour les mandats de gestion de patrimoine?

Nous y renonçons, car ces opérations engendrent des coûts relativement élevés.

«Chaque franc que nous économisons dans la gestion du patrimoine améliore les rendements de nos clients.»

Dans quelle mesure l’allocation des actifs est-elle mise en œuvre au moyen d’instruments de placement passifs afin d’économiser des coûts?

Les instruments de placement passifs font depuis toujours partie de notre construction de portefeuille. Lors du choix des produits tiers, les coûts sont également un critère de décision dans le cadre du processus de sélection. Car chaque franc que nous épargnons dans la gestion de patrimoine améliore le rendement pour nos clients.

Quelle est la part approximative de propres produits utilisés dans le cadre du mandat de gestion de patrimoine? Que faut-il répondre aux critiques arguant que dans l’intérêt des clients, la part de ces produits devrait idéalement être aussi faible que possible?

Prenons l’exemple d’un mandat basé sur des fonds avec la stratégie «équilibrée»: la part des propres produits s’élève à environ 25%. La critique est justifiée et se réfère au fait que les banques gagnent doublement avec leurs propres produits. Car elles prélèvent d’une part les droits de garde et les frais de gestion et, de l’autre, les frais liés aux produits. Nous mettons nos propres produits à la disposition des clients à prix coûtant et protégeons ainsi leurs intérêts.

Outre les coûts, la stratégie, la tactique et la sélection des titres, que faut-il prendre en compte dans la gestion de patrimoine?

Le rééquilibrage régulier selon l’allocation tactique actuelle des actifs fait partie intégrante d’un mandat de gestion de patrimoine. Autrement dit, si les marchés des actions ont connu de très bonnes semaines, nous allons vendre des actions pour rétablir la ventilation du patrimoine selon l’allocation tactique des actifs, et, en cas de marchés négatifs, nous allons en acheter. Nos clientes et clients ont ainsi la garantie que leur mandat est toujours conforme à la stratégie de placement qu’ils ont choisie.

La gestion de patrimoine de la Banque Migros

Les spécialistes de la Banque Migros investissent pour vous de manière responsable et transparente. Ils analysent les marchés financiers, investissent votre patrimoine en tenant compte des risques et vous informent régulièrement de l’évolution de votre patrimoine. Ainsi, vous bénéficiez à tout moment de connaissances d’experts et n’avez pas besoin de vous préoccuper de l’évolution du marché. Le nouveau produit numérique «Gestion de patrimoine Focus» vous propose une gestion de patrimoine professionnelle à partir d’un capital de 5000 francs déjà. L’ouverture s’effectue en toute simplicité et en quelques étapes en ligne.

Paid post

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Banque Migros. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.